En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l’utilisation des cookies pour permettre à la Région de réaliser des statistiques de visites.

Non, je souhaite En savoir plus

J'ai compris

Cookies

Les cookies sont des petits fichiers texte déposés sur votre terminal (ordinateur, tablette ou mobile) lors de la visite d'un site. Ils permettent de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre.


La Région Normandie utilise l'outil Google analytics pour collecter des statistiques anonymes sur l'utilisation du site par les internautes (ex : pages les plus consultées, nombre de visiteurs, navigateurs utilisés, ...). En naviguant sur les sites de la Région, un cookie Google analytics est déposé sur votre terminal.


Les cookies sont gérés par votre navigateur internet (Chrome, Firefox, Internet explorer, Safari…). Vous pouvez désactiver et/ou supprimer les cookies dans les Options/Préférences de votre navigateur. Vous pouvez obtenir de l’aide dans le menu Aide de votre navigateur ou sur son site internet.
+ d’infos : www.cnil.fr

Message

Bilan des activités induites de la pêche et la conchyliculture en Basse-Normandie

16 octobre 2006 - Rapporteur : Daniel LEFEVRE


En voulant étudier et déterminer l'impact de la pêche et de la conchyliculture en termes d'activités et d'emploi induits en Basse-Normandie, le CESER a cherché à proposer une perception nouvelle de l'importance économique globale des filières pêche et conchyliculture au plan régional.

Jusqu'alors, seuls les ratios préétablis, relativement déconnectés des évolutions et des réalités maritimes régionales, étaient mis en avant pour donner une évaluation des emplois induits en amont et en aval par ces deux secteurs.

Le CESER a donc voulu proposer une évaluation de l'importance de ces deux activités plus conforme à la réalité économique bas-normande.

Ainsi, les investigations menées par le CESER permettent d'estimer à environ 4300 le nombre d'emplois induits recensés à raison de 3300 emplois pour la pêche (à comparer aux 2200 pêcheurs embarqués ou à pieds) et de 950 pour la conchyliculture (à rapporter aux 1700 emplois à temps plein comptabilisés dans ce dernier secteur).

Le rapport procède à une analyse détaillée, secteur par secteur, activité par activité, des emplois induits en procédant, dans la mesure du possible à une localisation de ceux-ci.

Après avoir repris ces constats chiffrés qui font des filières conchyliculture et pêche l'employeur direct et indirect de plus de 8500 personnes, l'avis évoque le contexte, les enjeux et l'avenir de ces deux secteurs, par ailleurs entrés depuis un certain nombre d'années dans un cycle de mutations, aggravé en ce qui concerne la pêche par le renchérissement de l'énergie et une fragilisation des ressources. La conchyliculture, moins touchée par les difficultés, est cependant affectée de problèmes de mortalité des huîtres et par une baisse de la rentabilité des entreprises.

Néanmoins, l'avis liste les atouts dont disposent en Basse-Normandie pêche et conchyliculture : des eaux de qualité et encore relativement peuplée, notamment de coquillages, un partenariat actif entre collectivités territoriales, administrations, secteur scientifique et professionnels.

Pour assurer soit la consolidation, soit le développement de la pêche et de la conchyliculture, le CESER insiste sur le renforcement en ingénierie des structures professionnelles, sur la reconnaissance en tant qu'entité de la Mer de la Manche et des droits de pêche régionaux, sur un effort de structuration commerciale via notamment les Organisations de Producteurs, et surtout sur l'innovation et la recherche en particulier pour la gestion de la ressource et au plan ostréicole pour l'amélioration de la domestication de l'espèce élevée.

Avis/synthèse du CESER
Rapport du CESER