Aller au contenu principal

Décarboner le fret normand

Depuis le milieu des années 2000, le transport routier capte près de 88% des flux de marchandises contre 10% pour le ferroviaire et 2% pour le fluvial. Or, on le sait, le ferroviaire émet 10 fois moins de gaz à effet de serre que la route, et le fluvial 4 à 5 fois moins. Dans un contexte général de nécessaire décarbonation du fret et du report modal vers des modes plus vertueux, le CESER commence une étude sur le fret en Normandie. Celle-ci a vocation à établir un état des lieux pour, notamment, identifier les causes du déclin du ferroviaire (et du fluvial dans une moindre mesure), et formuler des propositions afin de favoriser le transfert modal.