Aller au contenu principal


mars 2021

Pour le secteur de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) normand, l’après-crise sanitaire sera-t-elle différente de l’avant ? Il faudra bien sûr panser les plaies, notamment face à la paupérisation de milliers d’étudiants, mais sur le plan stratégique les priorités d’action n’ont guère évolué : à savoir muscler la communication et se démarquer de la concurrence. Il y a du travail, mais le potentiel est là.