Aller au contenu principal


juin 2020

« Déstabilisant », « stressant », « kafkaïen »… Ce sont quelques-uns des adjectifs que l’on entend dans la bouche des porteurs de projets ayant sollicité des financements européens. Entre sur-administration, retards de paiements et risque de non-consommation de crédits, le CESER s’est immergé dans la mécanique des fonds européens structurels et d’investissement en Normandie. Objectif : tirer les enseignements de la période de programmation qui s’achève, et faire en sorte que la prochaine (2021-2027) profite pleinement à tous les porteurs de projets.